Accueil

 Bonjour, Hello, Hola… Bienvenue sur notre site.

Nous sommes deux réalisateurs, l’un Nantais, Thierry Kruger, l’autre Angevin, Pablo Girault-Lazare. Autodidactes et passionnés, avec notre bagage culturel décalé et nos expériences de vie, nous nous sommes associés dans un commun refus du monde tel qu’il est. Nous oeuvrons depuis 2007 dans le domaine du documentaire hors-norme, tant sur le fond que la forme, exigeant mais grand public.

Nos films visent à servir aux nécessaires débats de fond trop souvent occultés voire purement et simplement niés dans les médias dominants. Nous pensons que le capitalisme est parvenu à un stade insane et suicidaire, par son ultra-consumérisme, son obsession à produire un tas de choses inutiles ou néfastes, et ce à n’importe quel coût, environnemental, social et mental. Nous pensons que le pouvoir, par sa cupidité, son apologie de l’avidité, son infantilisation de masse par la publicité qui manipule les affects, son conformisme fanatique, sa bien-pensance et son extrême-centrisme, distille la peur, désigne à la vindicte le dissident, le “pas comme nous”, cloue au pilori pour une phrase, fait matraquer ou emprisonner pour simplement avoir demandé à vivre, à être respecté, entendu etc.

Nous voulons que nos films soient des armes sémantiques, un outil de lutte parmi d’autres. Nous ne militons pas au nom d’idéologies dépassées, rances ou abscones. Nous voulons les dépasser toutes pour prôner la conscience individuelle et le bien commun, dépasser notre animalité, nos peur par des rencontres avec les acteurs et actrices d’un autre Monde, à notre mesure, sobre et partageux, respectueux du vivant, centré sur l’être et non l’avoir. Le capitalisme actuel a plus à voir avec le casino et la démence d’un mégalomane insatiable. Il n’est pas l’économie, encore moins une science, mais se base sur le hasard et la rumeur pour augmenter ses profits. Il en confie l’optimisation à des algorithmes. Il n’est pas humain, en ce qu’il est voué à la machine et l’objet. Il n’est pas soutenable, en ce que l’obsolescence programmée et la finitude des matières premières, y compris l’eau et les sols, nous amène droit vers un effondrement total. Notre planète surexploitée est détruite de fond en comble au nom d’une logique qui s’est emballée et n’a plus de sens commun.

Tous nos films sont destinés à être projetés en salles et en tous lieux que faire se pourra. Nous sommes partis de presque rien, depuis l’underground social, avons été soutenus par un producteur tenace et libertaire, Laurent Galmot, jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus devant la censure économique et le silence mortifère des médias dominants. Depuis début 2015 et après un financement participatif, nous sommes passés à l’autogestion complète, à la fois auteurs, réalisateurs et monteurs, et à présent concepteurs de nos affiches et jaquettes, de la communication et de la distribution dans les salles, et ensuite des DVD. Nos films sont de ces 20 % de documentaires autogestionnés sur le total de tout ceux projetés en salles, selon un rapport sur le cinéma rendu en 2011 au Ministère de la Culture, qui les qualifie d’ailleurs de pirates.

Oui nous sommes de ces flibustiers de l’anarchisme, du communisme à visage humain ou du socialisme partageux, de la triple écologie de Paul Lagorce, de la décroissance, du bien vivir et de la sobriété heureuse. Oui il y a dix ans on se sentait bien seuls comme cinéastes, on se sentait avec de rares confrères et consoeurs comme les premiers chrétiens, moqués, ignorés par les grands-prêtres de ce qu’il faut bien appeller le fascisme de Marché.

Nous sommes de ces candides qui découvrons avec vous que les choses sont pires encore qu’on l’imaginait et que non, les voies pour se sortir du piège à double-contrainte ne sont pas uniques, mais innonbrables, et que non, il n’est de pouvoir que ceux auxquels nous consentons, et que oui, une société qui meurt voit en son sein mille pousses d’une nouvelle vie. Nos films font tous une place à la polyphonie des mots, à l’art, au rire, et ne comprennent que des personnes qui savent de quoi elles parlent. Nous ne travaillons pour aucune chapelle, mais toutes laissent leur empreinte dans notre narration.

Il est temps de vous présenter ce qu’ont d’original nos films qui, sans votre appui important, n’auraient pu exister. De toutes ces marques de soutien, soyez remerciés.

Thierry Kruger et Pablo G. Lazare